Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 Page principale l Infos locales l Questions fréquentes ENGLISH عربي   
 
Accueil > Présentation de la ville > Sites touristiques et autres

Musée de Carthage 

C’est l’Acropole de la Carthage punique, puis de la Carthage romaine. Sous le protectorat français, une grande cathédrale y est construite ainsi qu’un séminaire pour les Pères Blancs.

Le musée de Carthage s’installe par la suite dans les locaux de ce séminaire.

Le musée est installé au sommet de la colline de Byrsa. Il bénéficie dans son environnement immédiat et proche de la mise en valeur des vestiges puniques et romains dégagés (quartier d’habitat punique des IIIème-IIème siècles av. J.C. et vestiges des monuments du forum romain).

Bâtiment rénové et adapté à ses nouvelles fonctions, le musée regroupe, conserve et expose les collections d’objets archéologiques provenant du site.

Trois grandes périodes sont ainsi retracées : phénico-punique, romano-africaine, arabo-musulmane.
 
La nature des objets varie selon les spécificités de chaque époque: poteries, stèles, sarcophages, sculptures, mosaïques, inscriptions, céramiques et menus objets.

*
Premier étage :
- Salles d’exposition pour les périodes punique, romaine, paléochrétienne, arabo-musulmane.
- Réserves des collections: mosaïques, architectures, sculptures, inscriptions, céramiques et menus objets
- Salle d’exposition punique contient une miniature modèle de Tovah Carthage (temple et tombeau) montre les différentes étapes de la sépulture on trouve aussi une salle commémorative et des sculptures votives et des chefs d'œuvre à petite échelle de fabrication locale ou d'importation.


*Sous-sol
:
Cet étage contient les tombes et les monuments votifs de l'époque punique, provenant de tombes de Carthage, avec l'attribution d’une salle qui montre à quel point l'interdépendance de la science correcte et l’archéologie.
Une autre chambre pour les sculptures paléochrétiennes, des boîtes, carreaux de la piscine, mosaïques rôti.
L'aile de l'édifice adjacent au musée contient une salle d'exposition au premier étage dédiée aux résultats de la fouille française.

Le musée de Carthage Exposition archéologique du Musée de Carthage

Le quartier punique et le forum 

Ce quartier est situé près du Musée National de Carthage et en fait partie en tant que pavillon à l'air libre.

Ce quartier à été réhabilité à l'époque d'Hannibal (au début du IIe siècle av. J.C.).
C’est un ensemble de maisons soigneusement construites et alignées le long des rues rectilignes, régulières, possédant toutes les commodités et le confort existant à l'époque : citerne d'eau, évacuation d'eaux usées, murs en stuc, sols en mosaïque.

Nous trouvons également les magasins ouverts sur la rue au rez-de-chaussée des bâtiments.

Le quartier punique et le forum
Le quartier punique et le forum

Le quartier Byrsa a été détruit et brûlé avec toute la ville en l'an 146 avant J.C. Mais le quartier resta protégé de l'extinction par une énorme couche de poussière et de débris de terres.

Les Thermes d'Antonin

Forment un ensemble de vestiges parmi les plus remarquables de la Carthage romaine. Il a été édifié en bordure de mer, sous le règne de l'empereur Antonin 142-162. Il n'en subsiste aujourd'hui que le sous-sol dont les salles voûtées supportaient les salles de bains colossales. Sur l'axe central, il y a un vaste frigidarium de 47x22 m supporté par 8 grandes colonnes de granit dont une a été reconstituée pour donner une idée de ce qu'était la hauteur (15m avec son chapiteau) et une salle chaude en forme de coupole.

Tandis que de part et d'autre s'étendaient symétriquement les salles dont les pièces sont ordonnées autour de la cour à ciel couvert de la palestre. Il s'agit assurément d'un édifice à la fois gigantesque et majestueux destiné à l'hygiène de la population et aussi à la détente et à la culture.

Dégagé en plusieurs campagnes depuis 1944 et jusqu'en 1996, ce monument a fait l'objet de consolidation et de restauration constantes.

C'est le monument le plus visité par les touristes. En arrière de ces thermes s'étend un vaste ensemble de vestiges couvrant plusieurs insula entre le Decumanus Nord III au Decumanus Nord V et Kardo Est XLL au XVIII. Comportant plusieurs maisons privées reconnaissables à leur pavement de mosaïque et une basilique (Kardo. XIII-XIV Decumanus. Nord III-IV) dit de Dermech dont le pavement mosaïque était remarquable au moment de sa découverte au début du XXème siècle.

Les Thermes d'Antonin Les Thermes d'Antonin

Le Quartier des Villas Romaines

Etagées sur le versant oriental de la colline de l'Odéon, et alignées le long du Kardo et decumanus, tout un ensemble de villas aristocratiques a été dégagé et mis en valeur.

Ce quartier dispose d'un groupe de maisons aristocratiques répartis symétriquement au pied du plateau à l'est de l'Odéon, et le long de l "Alcardo" et "Duquemanus" (approche Carthage en divisant les rues du Vieux Roumain), et qui pénètrent dans les couloirs d'après le dessin des rues du vieux roumain.

Toutes ces demeures témoignent, par leur grandeur et leur décor, de l'aisance et du luxe des propriétaires qui devaient appartenir à la classe aristocratique de la cité.

Parmi les monuments qui existent encore:

  • Bâtiment "Aleskula" Schola, le siège de l'association politique, religieux, rituel organisé par l'Empire
  • Une église chrétienne datant du VIIe siècle
  • Une église à caractère architectural byzantin pur
  • Le cimetière punique
  • Maison romaine datant du IIIe siècle qui a été partiellement restaurée en 1960 et baptisée "Villa de la volière» se caractérise par la beauté de mosaïque qui en pavait la cour.
Villas romaines

L'Odéon  

L’Odéon ou théâtre couvert s'élevait au sommet de la colline à laquelle est adossé le théâtre. Sa cave qui portait les gradins ainsi que le mur de scène et la façade étaient entièrement construits.

L'édifice était précédé d'une grande cour rectangulaire au nord, entièrement démoli par l'exploitation de son matériau qui était en grand appareil. Seules les fondations et quelques éléments d'architecture et de décor ont été retrouvés dans les fouilles entreprises en 1900-1901.

Dans les citernes se trouvant dans le sous-sol, a été extrait un grand nombre de fragments de marbre des statues et d'architecture ayant fait partie du décor de l'Odéon.

Ce monument a fait l'objet de fouilles, de recherche et d'étude en 1994-1999.

Le Théâtre

Le théâtre romain a été construit au début du IIe siècle avant J.C. sur les bords de la colline d’Odéon.

Ce monument se caractérise par la beauté de son architecture, sa décoration et du style semi-circulaire de ses sièges qui font plus de 100 m de diamètre, entrecoupés de colonnes couronnées de marbre galonné.

Le Théâtre de Carthage est décoré par des statues dont la plus importante était d’Apollo, et qui a été déposé au Musée du Bardo.

Ce théâtre a joué un rôle très important dans la vie des citoyens de Carthage, qui aimaient le théâtre, l’Art, la musique, la simulation et la philosophie, et a contribué au rayonnement de la culture à cette époque.

Et encore à ce jour, il est toujours la destination des amateurs des différentes formes de théâtre, de musique et de danse ... et il a été rénové en 1967 pour servir de cadre au Festival International de Carthage.

Festival International de Carthage. Théâtre romain de Carthage

La basilique de Damous El Karita 

Ce monument comprend deux vastes églises et certains bâtiments annexes.
La basilique de Damous El Karita est la plus grande église de Carthage et la plus grande trouvée dans l’Afrique romaine (45/65 après J.C.). Elle apparait divisée en plusieurs colonnes et constituée par une chapelle triconique, un baptistère et une rotonde souterraine; c'est un complexe religieux à la périphérie de la cadastration urbaine.

Ses vestiges ont été fouillés par le P. Delattre en 1878. Elle a livré un grand nombre d'inscriptions funéraires, la plupart brisées.

Et adjacente à l'église, il ya d'autres bâtiments datant des époques ultérieures. La date de ce monument reste indéfinie.

La basilique de Damous El Karita La basilique de Damous El Karita

Les grandes citernes de la Malaga

Situées dans le système de la centuriation rurale, à l'extrémité de la cadastration urbaine, sont formées d'une série de 15 compartiments parallèles juxtaposés, longue de 100m, large de 7 m, haute de 7m sous voûte, couvrant plus d'un hectare de superficie, et d'une contenance de plus de 50.000 m3 desservi par une branche de l'aqueduc de Zaghouan.

Il s'agit du plus vaste réservoir hydraulique du monde romain comme affirmation de l'importance de Carthage en tant qu’une grande métropole de l'antiquité.

Elles font l'objet depuis quelques années de travaux de dégagement et de consolidation ayant pour but de les mettre en valeur comme lieu de visite par le public.

Les grandes citernes de la Malaga Les grandes citernes de la Malaga

Le Monument Circulaire

C’est un édifice de vocation probablement martyrologique, mémorial de la fin du IVème siècle abandonné à la suite de l'invasion vandale puis restauré lors de la reconquête byzantine.
Son architecture révèle un plan composé de deux couronnes dodécagonales concentriques constituées de 12 piliers surmontés d'une coupole de 8.40m de diamètre et inscrits dans un rectangle de 38.60 x 31.20 m occupant une partie de l'insula délimitée par le Kardo Est II-III et le Decumanus Nord III-IV.

Ce monument fait l'objet de fouille par une équipe canadienne.

Le Musée Paléo-Chrétien

Dans la fin des années 70 et début des années 80, les fouilles ont mis la lumière sur les effets de la construction d’un des plus grands bâtiments de Carthage à l'ère chrétienne, c’est la basilique de "cartajana" qui a été construite à l'emplacement de la cathédrale appelée "Ristitauta" après l'an 533 après J.C., date de la prise de contrôle des armées byzantines sur  Carthage, après l'expulsion des Vandales, qui ont régné sur Africa durant un siècle. Sur le site des fouilles a élu place le Musée Paléo-Chrétien, sur le bord de l’avenue Habib Bourguiba qui traverse toute la banlieue nord de Tunis.

Ce musée inclut en plus de maisons et de bâtiments religieux une maison attribuée à des "conducteurs" de véhicules Grecs.

Le musée a été réalisé par une équipe américaine dans le cadre de la campagne de l'UNESCO pour le maintien de Carthage, où est présenté une lecture des fouilles donnant une idée de la dignité de ce site et de sa richesse dans ses ères lumineux.

Les lumières ont été jetées sur les techniques de fouille et de traitement des trouvailles diverses.

L'amphithéâtre

Il se situe à l'entrée de la ville vers l'autoroute Tunisie - Carthage, c’est un monument  aussi vaste que le théâtre d'El Jem.

L'amphithéâtre a été le théâtre et le témoin de tous les combats sanglants qui ont eu lieu entre gladiateurs et condamnés à mort et les prédateurs. Le but de cette lutte, qui a été organisée par le souverain est de mettre en évidence le sort de toute personne détestant la politique de son règne.

Construit lors de la fondation de la cité impériale, il avait 120x93 m avec une arène de 64x36m. Au IIème-IIIème siècle il a été considérablement agrandi pour atteindre une superficie de 156x128 m et une contenance de plus de 41.000 places, où seule l'arène ovale a été dégagée.

L'amphithéâtre au début du XXe siècle Côté recto de l'amphithéâtre

Le quartier dit Magon

Ce quartier est le résultat des fouilles et de la mise en valeur d'un ensemble de vestiges situés en bordure de mer.

Ce lieu est un rassemblement urbain remontant au Vème siècle av. J.C., marqué par la présence d'un quartier au design harmonieux et à l'abri grâce à un puissant mur d'enceinte garni de tout, dont un port maritime.
 
Au cours de la dernière période, le quartier fut remanié: les petites maisons firent place à des maisons plus grandes avec cour intérieure à colonnade et étage, des débris de stucs peints, solt en mortier et pavements polychromes exposés dans deux antiquariums, témoin de la qualité de l'architecture. Puits et citernes assuraient l'approvisionnement en eau.
 
Le quartier de la Carthage punique sera détruit mais les Romains qui ont refondé une nouvelle capitale sur le même emplacement ont conservé la même orientation cadastrale qu'ils ont étendue à l'ensemble du territoire de la cité.

Ports puniques

Les Phéniciens ont profité rapidement du site unique de Carthage qui en quelques années est devenue une station de négociation et le port méditerranéen. Ses magasins portuaires qui représentaient le cœur de la ville regorgeaient de marchandises du monde entier.

Les chercheurs ont découvert que ces ports ont été mis en place entre les IIe et IIIe siècles avant J.C., près de 600 ans après la fondation de Carthage. Ces ports présentent un port militaire et un port commercial, contenant des équipements sophistiqués, y compris des chars pour la restauration et la réparation de navires et des sites pour construire de nouveaux navires et des magasins de marchandises et de matières premières.

Le port militaire et l’ile etaient couverts sur toute la longueur de l'île par des couchettes prêtes à accepter 220 navires et entourées par des sièges très hautes. L’île fut montante à l'entrée de la façon d'activer l'amiral de voir ce qui se passe à la mer, tandis que les entrants ne voient pas l'intérieur du port et même les commerçants ne peuvent pas voir ce qui se passe à l'intérieur du port militaire.

Les navires entraient au port militaire par le port commercial, qui avait une seule entrée de la mer, de 70 pieds de largeur et se ferme avec des chaînes métalliques. Après la destruction de Carthage en 146 av J.C., les ports puniques étaient reconstruits par les Romains, qui reconstruisaient l'île vers l'an 200 AD.

Ports puniques entre hier et aujourd'hui Ports puniques entre hier et aujourd'hui

Cimetière "Tophet "

Les Carthaginois avaient un verset de la religiosité et de piété, ils ont l'habitude de croire à un monde de superposition d’êtres sacrés. La pratique de certains rituels par le croyant n'est pas seulement une source de prospérité et de bonheur dans la terre mais assure aussi le salut éternel de l'âme et ils ont cultivé le culte de plusieurs dieux d’origine phénicienne, tel  Malqot et Ashtert et en particulier le dieu de la pluie Baal Hamon, le Seigneur de l'eau et des plantes, et sa compagne Tanit, déesse de la vie et la fertilité dont le nom on trouve sur de milliers de monuments à Carthage.

Et comme la plupart des peuples antiques tel les Hébreux, les Romains, les Grecs et les gaulois, les Carthaginois offraient des sacrifices aux dieux, et ces sacrifices sont souvent constituées d'un de leurs fils dont l’âge d'habitude ne dépasse pas les six mois. Le but de ces offrandes c’est de chercher un lien entre le monde terrestre et le monde des dieux.

C’est le prix à payer pour les dieux, afin de les protéger ou les récompenser, ils offrent aussi les parfums, la nourriture, les fruits, les animaux et même de la poterie ...
Altovap est le plus grand des temples de Carthage, une place particulière pour le culte et les rituels religieux à Carthage. Il est en fait un vaste cimetière.

Il était le temple des dieux "Tanit" et "Baal Hammon» et le plus ancien lieu de culte et de pratique des rites religieux et des sacrifices humains à Carthage.

Il est désormais un vaste cimetière pour l'inhumation des restes durant sept siècles des aînés des familles nobles (ne dépassant pas six mois) soumis aux dieux apparemment après avoir été abattu.

Cimetière "tophet "

Aujourd'hui ces monuments représentent un parc archéologique et maritime et sont ouverts au public par l’acquisition d’un billet unique.

Heures de Visites :

Date Heures
du 16/09 jusqu'au 30/04 de 8h30 a 15h
du 01/05 jusqu'au 15/09 de 8h a 18h

Prix des billets : 10DT

Notez que l'accès est gratuit le premier dimanche de chaque mois et jours de fêtes religieuses et nationales.

 

> Haut de page > Page précédente
 

Pas d'actualités disponibles pour le moment

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Adresse : Rue Sophonisbe, Carthage Hannibal 2016
Tél : 71 731 460 /
71 732 633
Fax : 71 731 972
Email :
mairie.carthage@planet.tn
Suivez nous sur Facebook
Portail du Gouvernement Tunisien
Portail du Gouvernement Tunisien
Site officiel des services du Ministère de l'Intérieur
Site officiel des services du Ministère de l'Intérieur